This is default featured post 1 title
This is default featured post 2 title
This is default featured post 3 title
This is default featured post 4 title
This is default featured post 5 title

Déclaration de Didier BLANCHARD, lors du Conseil Municipal du 30 MAI 2018

 Dérapage financier inacceptable du complexe Exelmans Monsieur le Maire

Lors du conseil municipal du mois d’avril 2017 vous nous avez présenté une rallonge budgétaire pour un montant total de plus de 540 000 € HT liés à quelques oublis : aménagement des abords du complexe, ajouts d’équipements sportifs, rémunération complémentaire du maitre d’œuvre… En Mai 2017 vous nous avez demandé une nouvelle rallonge de 53 000 € HT pour dédommager l’entreprise ADC en charge de la démolition de l’immeuble d’habitation du 11 rue Exelmans.
Aujourd’hui sous couvert d’une soi-disant progression de 3% des appels d’offre des marchés publics et prétextant une augmentation du coût des matériaux vous nous demandez de voter une nouvelle rallonge de 8 millions d’euros. Sachez que nous ne sommes pas dupes. Avant même de démarrer la construction du complexe Exelmans son coût prévisionnel vient de passer de 15 millions à 23 millions d’euros Hors Taxes soit une augmentation de plus de 50%.
Alors que vous passez votre temps à vous plaindre que l’état vous coupe les vivres, vous engagez la construction d’un nouvel équipement municipal qui coutera aux Véliziens la modique somme de 28 000 000€ TTC.
Ce dossier est vraiment très mal engagé. A peine démarré, nous ne pouvons que constater les retards de planning couplés aux dérapages budgétaires. Nous assistons à une « gestion de projet » qui relève de l’amateurisme pur. Cette situation est inacceptable en cette période ou les collectivités locales doivent maitriser leur budget et tout particulièrement les dépenses de fonctionnement (cf. la dernière loi de finances). Nous constatons qu’à Vélizy-Villacoublay vous ne maitrisez pas vos budgets d’investissements ni vos budgets de fonctionnement. Par exemple le coût du nettoyage annuel des bâtiments vient de passer la barre du million d’euros et si rien n’est fait, ce coût va poursuivre sa progression avec ce nouvel équipement.
Pour ces raisons notre groupe s’abstiendra sur ce dossier.

Merci de votre attention.

Didier BLANCHARD
Président du groupe EPV

Tribune libre du groupe EPV MAI 2018

Tribune libre du groupe EPV MAI 2018

Décidément le projet Louvois sur lequel fut élu le Maire n’est plus qu’un lointain souvenir. Les réalisations sont aux antipodes des belles promesses électorales souvenez-vous ! Après la disparation de l’EHPAD puis de la maison de retraite pour personnes âgées, maintenant il ne s’agit plus que de densification et de bétonnage à tout va. Dans l’attente de nouveaux bâtiments pour un total de 90 logements supplémentaires, la SEMIV va prochainement construire 53 logements et quelques commerces en pieds des immeubles existants. L’obtention du permis de construire pour SEMIV est lié à la création de 56 places de parking imposées par les règles du PLU. Règles applicables à tous mais qui a dû échapper à SEMIV et à son Président. Le subterfuge trouvé par le Maire pour se mettre en conformité avec la loi : louer à SEMIV pour une durée de 15 ans des places de parking initialement réservées aux patients des professionnels de santé, aux clients des commerces et aux habitants des logements SEMIV existants. Cette solution fut rejetée par le groupe EPV. La ville disposera demain de 216 places de stationnement dont 86 sont d’ores et déjà destinées à être louées ou vendues. Parallèlement le nombre d’appartements SEMIV à LOUVOIS sera de l’ordre de 330 (275 anciens +53 nouveaux) et si l’on considère que chaque ménage possède 1ou 2 véhicules sans oublier les places nécessaires aux clients des commerces, nous constatons que le nombre de places de stationnement sera très largement inférieur au besoin.
Vélizy la ville où il fait bon vivre en voiture ou presque, avec des places de parking ou presque… il est sûr que Vélizy n’est pas Copenhague ville de 570 000 habitants où le vélo supplante la voiture.
D’autre part le Maire loue à SEMIV les 56 places de parking pendant 15 ans pour la somme globale de 319 754 € soit 31,70€ la place par mois. Cette transaction est inadmissible car le tarif de location de places similaires à Vélizy est de plus de 60 €. Le Maire pénalise financièrement la ville, mais également les Véliziens qui louent actuellement des parkings au tarif plein. La double casquette de Maire et Président de la SEMIV interroge et n’autorise pas de tels agissements. Alors qu’il existe d’autres solutions comme augmenter le nombre de places de stationnement dans les nouvelles résidences à construire et en acquérir un certain quota, le Maire préfère pénaliser tous les habitants du quartier LOUVOIS.

Tribune libre du groupe EPV MARS 2018

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme(PLU) tout juste voté par la majorité municipale s’est révélé être une réelle opportunité pour trois promoteurs qui ont immédiatement investi l’espace libéré sur les terrains de l’ancienne société ALCATEL pour y construire 600 logements dont 30 % de logements sociaux soit le 2ème plus important programme immobilier dans l’histoire de notre Ville. Vélizy EST devient le secteur de prédilection pour le bétonnage intensif de la ville. Ce bétonnage intensif va se poursuivre sur les 15 hectares de la zone industrielle que Monsieur le Maire a transformé en espace constructible pour réaliser d’autres logements. Cette politique provoquera inéluctablement l’appauvrissement de l’un des plus grands pôles d’emplois d’Ile de France qu’était celui de Vélizy-Villacoublay. Cette politique de mutation du pôle d’activité associée à une baisse des effectifs et à l’abandon de surfaces de bureaux par des sociétés phares implantées sur notre commune vont faire chuter de façon très significative les ressources fiscales de VGP et par effet « domino » celles de notre ville.

Nous venons de vivre un évènement météorologique d’exception qui a paralysé l’ouest parisien. Vélizy a fait la une des journaux télévisés (N118 fermée, centre commercial en mode refuge, ouverture du gymnase R. Wagner, distribution de couvertures…), une occasion trop belle pour notre édile de se mettre en scène avec en toile de fond des employés municipaux face à une tâche colossale avec pour tout équipement de simples pelles et du sel pour nettoyer des kilomètres de voirie. Il aurait été plus judicieux de conserver l’ancien camion équipé de 3 lames de chasse neige de différentes largeurs plutôt que de le céder pour 1000 euros. Cet engin aurait permis le déneigement efficace et rapide des voiries y compris celles des quartiers pavillonnaires et des espaces communaux (parkings, marchés…). Quant au T6 sa remise en service a été des plus laborieuses. Espérons que des leçons seront tirées de ces expériences malheureuses.

Nous plaidons pour le retour de moyens de déneigement qui font furieusement défaut ! Nous plaidons pour un plan d’exposition au bruit digne de ce nom, nous plaidons pour le respect des servitudes aériennes par les hélicoptères, nous plaidons pour l’équilibre et l’harmonie car comme le disait si bien Victor HUGO : « Mettre tout en équilibre, c’est bien ; mettre tout en harmonie, c’est mieux. »

 

Tribune libre du groupe EPV FEVRIER 2018

En Novembre dernier le groupe Ensemble Pour Vélizy informait les Véliziens de la décision prise par le Maire d’acquérir, par le mécanisme de la procédure du droit de préemption urbain, le bâtiment du « Café restaurant de la Mairie » et du « tabac presse » pour un montant de 690 000€.  Le but affiché de cette opération : réaliser un lieu pour la jeunesse ou les seniors. C’est la destination officielle de ce bâtiment qui a été donnée par le Maire en conseil municipal pour justifier cet achat. Face à l’inquiétude de nombreux Véliziens, panique à bord ! le Maire revoit sa communication et tente de justifier cet achat en montant un scénario abracadabrantesque.  Le 17 Novembre 2017, lors d’une interview, le Maire déclare souhaiter éviter qu’un soi-disant promoteur construise un immeuble en lieu et place de ces commerces (ce qui paraissait peu probable à quelques mois de la révision du PLU). Il a donc fait l’acquisition de ce bâtiment pour conserver les commerces et au premier étage créer un local pour accueillir les jeunes ou les seniors.

Une décision pour le moins surprenante tant il est vrai qu’une cohabitation entre commerces et espace jeunesse ou seniors peut s’avérer inadaptée pour ne pas dire irréfléchie mais quoi qu’il en soit le Maire en a décidé ainsi.

Ce feuilleton aurait pu s’arrêter là si nous n’avions pas décortiqué le budget 2018 et appris que le premier étage de ce bâtiment du « Café restaurant de la Mairie » serait acquis en 2018 par la ville sous forme d’un achat en viager. Cela signifie que le premier étage est toujours occupé et cela pour un temps certain.

En conclusion : fin 2016 il était impossible qu’un acquéreur du dit bâtiment puisse le démolir pour en faire un immeuble. D’une part, le premier étage était toujours habité, d’autre part le PLU interdisait de construire un bâtiment plus haut que celui existant sans oublier qu’il n’y a jamais eu de demande permis de construire associé à ce bâtiment. Aujourd’hui, il est toujours impossible de faire un lieu de rencontre pour la jeunesse ou les seniors au premier étage puisque celui-ci est toujours habité. Où est la vérité dans ce dossier ? Que cache-t-on aux Véliziens et au Conseil Municipal ? Le groupe EPV reste vigilent et vous tiendra informé si un jour la vérité éclate au grand jour. Pour l’heure nous sommes bien loin du discours de vérité, un flou artistique et c’est bien connu lorsque c’est flou…

CARNAVAL de l’UPV Salle RAVEL: une soirée très réussie….

Bravo et merci d’être venus si nombreuses et si nombreux, en ce vendredi 16 février

Dans une joyeuse ambiance musicale, animée par notre NOUVEAU DJ, vous avez pu apprécier comme à l’habitude et sans modération nos délicieuses crêpes.

A très bientôt: on compte sur vous ….

,

 

 

Tribune libre du groupe EPV JANVIER 2018

Le débat d’orientation budgétaire à Vélizy s’est tenu sans courage, sans projet, sans ambition, sans visée… Dans un contexte global de réduction des dépenses publiques, un des objectifs fixés par l’Etat est de limiter la hausse des dépenses de fonctionnement des collectivités locales. Compte tenu des nouveaux équipements mis en service dans notre ville, nous constatons que cette contrainte n’est clairement pas prise en compte pour assurer l’équilibre budgétaire de notre commune. Le Maire de Vélizy-Villacoublay souhaite moderniser le patrimoine de la ville car trop peu de travaux ont été réalisés depuis bientôt 4 ans pour le maintenir en bon état. Le Maire comme chaque année, n’a pas réalisé une grande partie des travaux prévus en 2017 réalisant ainsi une fausse économie de 834 000€ avec comme conséquence la dégradation de la voirie et des équipements de la ville. Concernant les dépenses de fonctionnement, la baisse des dépenses de personnel annoncée est un leurre. En effet nous venons de constater que les prévisions budgétaires de 2017 avaient été surestimées de près d’un Million d’euros. Non seulement les dépenses réelles de personnel ne vont pas baisser mais elles augmenteront car il nous a été annoncé la création de postes pour une dépense supplémentaire de 316000€. Dans ce chapitre le Maire insiste sur la baisse des charges de gestion courante et plus particulièrement sur la baisse des frais d’entretien des bâtiments encore une de ses contradictions dont il a le secret. D’autant par ailleurs, que les nouveaux équipements municipaux comme l’école René d’Orme et le bâtiment de la police municipale vont naturellement générer des frais supplémentaires. Le maintien des subventions aux associations est une bonne chose en soi. Mais malheureusement ce n’est pas en agissant ainsi, sans évolution, que l’on enrayera la chute de la fréquentation du public vélizien à l’Onde. Plus grave, le Maire dédaigne ses engagements pour l’Agenda d’Accessibilité Programmée (Ad’Ap) voté en 2015 avec un plan de mise aux normes des équipements publiques s’étalant sur 6 années.

Notre groupe ne peut se satisfaire de telles orientations budgétaires avec de vraies fausses économies, qui plus est, habillées d’un discours où la vérité est un peu comme l’arlésienne, un évènement que l’on attend mais qui ne vient jamais.

 

Déclaration de Didier Blanchard lors du Conseil Municipal du 20 Décembre 2017

 

 

Après un peu plus de 13 ans au service des Véliziennes et des Véliziens en tant que Conseiller Municipal, Jean Marc SIRY a décidé de démissionner de son mandat de Conseiller Municipal de Vélizy-Villacoublay. Ses nouvelles obligations professionnelles qui le retiennent tard sur Paris ne lui permettaient plus d’être présent lors des différentes commissions municipales ni lors des réunions dans les différentes instances dans lesquelles il siégeait. Jean Marc reste malgré tout un ami fidèle à notre groupe.

Ce fut pour lui 13 années de présence et d’interventions, que ce soit dans la majorité ou dans l’opposition, durant lesquelles il maitrisait les spécificités de la gestion d’une grande ville auprès de fonctionnaires méritants et a toujours fait valoir ses idées et sa sensibilité.

Benjamin de l’Assemblée communale (et à ce titre « désigné d’office » comme secrétaire de séance), il a été délégué successivement aux transports (avec les dossiers lourds du Tramway et la réorganisation des lignes de bus suite à la disparition des transports Gaubert) puis aux affaires scolaires (où il a mis en place le trousseau scolaire de rentrée et le Projet EDucatif Territorial PEDT), enfin depuis le début de ce mandat Jean Marc a siégé comme élu d’opposition au sein du groupe EPV.

Je tiens personnellement mais aussi au nom du groupe EPV à le remercier pour sa fidélité et son action. Par ailleurs nous sommes très heureux d’accueillir à nos côtés son remplaçant Pierre François Brisabois qui vient de reprendre son siège de Conseiller Municipal.

 

Merci de votre attention

 

Didier Blanchard

Powered by WordPress | Designed by: Dog Groomer | Thanks to Assistant Manager Jobs, Translation Jobs and New York Singles